L'évaluation économique des Aires Marines Protégées

Le terme de service écologique désigne les processus écologiques par lesquels les écosystèmes contribuent au bien-être des individus, et font que la vie est à la fois possible et agréable (MEA, 2005). Ces services écologiques sont utilisés de façon active ou passive (Fisher et al., 2008).

Le Millennium Ecosystem Assessment (2005) a établi 4 fonctions écologiques des écosystèmes :

  • Fonction d'approvisionnement
  • Fonction de régulation
  • Fonction culturelle
  • Fonction de support aux fonctions précédentes.

Un  consensus se dégage pour affirmer que le panel des services écologiques délivrés dépend de l'objet et du contexte de l'étude.

L'approche économique distingue 4 étapes dans la relation entre écosystème et individu :

  1. La biodiversité et les structures et processus biophysiques supportent l'écosystème.
  2. Les fonctions écologiques, soit les processus biologiques qui permettent le maintien de l'écosystème.
  3. Les services écologiques, soit les processus biologiques favorables au maintien des activités humaines.
  4. Les bénéfices venant des écosystèmes lorsque les individus utilisent les services écologiques rendus.

Cette dernière étape autorise la valorisation économique de ces bénéfices au regard de l'utilité qu'ils procurent.

La relation entre écosystème et bien-être humain contient encore une part de mystère mais selon certains chercheurs, deux relations principales décrivent la biodiversité et les services écosystémiques :

  • Une corrélation positive entre biodiversité et niveau moyen des services écologiques
  • Une corrélation positive entre la biodiversité et la stabilité de ces services

Si la relation entre services écologiques et bien-être humain est aujourd'hui largement acceptée, les applications d'approches économiques de ces éléments montrent que la relation est encore mal connue et explicitement peu prise en compte dans les décisions.

Or c'est dans les décisions relatives à l'usage des ressources naturelles et à la gestion des espaces naturels que l'évaluation économique objective des bénéfices qu'apportent les services écologiques devrait le plus peser.

Plusieurs AMP de Méditerranée ont déjà mené ce type d'évaluation économique, comme celles de Scandola, Port-Cros, Al Hoceima, El Kala, Medes, Zembra et plusieurs AMP de Turquie. WWF France a également, dans le cadre du projet MedPAN / INTERREG, organisé un atelier sur ce sujet en 2006.

Source : Anaï Mangos, 2013, MedPAN

Pour plus de détails, voir l' Etude économique des effets des AMP en Méditerranée du Plan Bleu et le site web du Conservatoire du Littoral.