Actualités

« Retour

Développer l'écotourisme comme outil de sensibilisation et de financement, Réserve Naturelle des Iles aux Palmiers, Liban

10/02/17

Espace de respiration aux portes de la ville de Tripoli au Nord du Liban, la Réserve Naturelle des Iles aux Palmiers, qui ne peut actuellement être ouverte au public que pendant la saison estivale, est malheureusement souvent bondée. En effet, en été, en pleine période de ponte des tortues, la plage est envahie de visiteurs peu sensibilisés aux questions environnementales.

La réserve pâtit également de moyens financiers très limités : les rangers ne sont payés que pour 6 mois de l’année, et l’embauche de personnel est impossible, alors que la configuration du site, totalement entouré d’eau, rend la surveillance difficile.

L’idée a donc germé d’explorer des périodes d’ouverture du site plus longue ciblées spécifiquement sur des groupes qui pourraient bénéficier d’un accompagnement sur la valeur et le respect du site. Ces activités éco touristiques durables permettraient d'accroitre le revenu du PINRC augmentant ainsi sa capacité à soutenir les activités de gestion, d'entretien et d'amélioration des infrastructures de la réserve, ainsi que l'introduction et la durabilité des activités de suivi et de recherche.

MedPAN a soutenu ce projet dans le cadre de l’appel à petit projet 2014.

La réserve des Iles aux Palmiers a été créée en 1992, dans une zone militarisée. Aujourd’hui, le comité de la réserve marine des Iles aux Palmiers (Appointed Protected Area Committee ou APAC) en assure la gestion et est engagé dans la mise en œuvre de la loi 121/92 qui réglemente les visites dans la réserve.

Le projet d’ouvrir le site au-delà de la période autorisée a donc nécessité à la fois un travail d’évaluation auprès des cibles concernées mais aussi un travail auprès des pouvoirs publics pour obtenir les autorisations requises.

La capacité d’accueil terrestre et marine de la réserve a tout d’abord été étudiée : les résultats finaux font état de 239 visiteurs/jour en pleine saison et de 48 visiteurs/jour en saison de fermeture de l’AMP.

Les structures touristiques ont ensuite été interrogées sur leur intérêt à fréquenter le site en dehors de la période estivale. 78% des opérateurs interrogés se sont déclarés intéressés et 82 % sont prêts à organiser des tours, en échange d’une contribution financière. La nécessité de renforcer la connaissance de la réserve auprès des institutions et du public en général pour attirer plus de touristes a également était soulignée.

Les pouvoirs publics ont été sollicités et des ateliers organisés afin de discuter de la révision des périodes d’ouverture de la réserve et des questions réglementaires. Des lignes directrices ont alors été élaborées, ainsi que des modèles de permis de visite spécifiques pour chaque cible (scientifiques, écoles et opérateurs touristiques, clubs de plongée), ainsi que les formulaires de demande correspondants.

Un second atelier a permis de valider les lignes directrices, qui comprennent le principe d’une contribution financière à travers des forfaits écotouristiques pour l’accès à la réserve hors saison. Les participants se sont accordés sur un montant 5 000 livres libanaises (3€) par visiteur régulier et 10 000 livres libanaises (6€) par plongeur pour la réserve. Mais ces propositions devront encore être approuvées par l’APAC.

L’ouverture de la réserve en période habituelle de fermeture permet d’observer la faune et la flore (nidification, rassemblement d’oiseaux…). Un calendrier des saisons a donc été produit pour guider les opérateurs sur les périodes de visite les plus intéressantes. Pour accompagner cette ouverture, un kit de formation rassemblant plus de 20 documents a été produit : présentations de la réserve, atouts terrestres et marins de la réserve pour l’écotourisme, brochure sur les réserves naturelles libanaises, brochure et vidéo sur le nouveau sentier sous-marin de la réserve, brochure sur les oiseaux de la réserve et de ses environs, guide sur les espèces commerciales de poissons du Liban…

Les opérateurs ont été spécialement formés aux caractéristiques de la réserve au cours d’une session théorique et d’une session pratique sur le terrain.

 

Ce projet, qui s’est achevé en avril 2016, a été financé par le FFEM et les fondations MAVA et Prince Albert II de Monaco dans le cadre l’Appel à petits projets MedPAN de 2014.

 

ATTENTION : il semble y avoir un problème temporaire à l'ouverture de certains fichiers référencés en lien dans le contenu de ces pages avec le NAVIGATEUR CHROME. Utlisez un autre navigateur si possible ou faites un click droit avec votre souris et choisissez l'option " Enregister le lien sous ".