Actualités

« Retour

Pêcheurs et gestionnaires libyens, algériencs et turcs échangent autour de la gestion de la ressource

30/06/14

MedPAN et la Mediterranean Conservation Society[1], viennent d'organiser une visite d'échange dans l’AMP de la baie de Gökova du 17 au 19 juin 2014. Cette visite répondait à une demande exprimée par les gestionnaires d'AMP libyens lors de l'Atelier régional d'échange d'expérience MedPAN 2013, dont la thématique portait sur "la surveillance et l'application de la réglementation dans les AMP de Méditerranée": les gestionnaires libyens avaient alors manifesté un vif intérêt pour l'expérience de gestion communautaire des Zones de Non Pêche de l'AMP de la Baie de Gökova, dont la surveillance est depuis 2012 confiée à des gardes maritimes issus de la communauté de pêche locale, en coopération avec la Garde Côtière et la Direction Générale des Pêches et de l’Aquaculture.

Sans présager bien sûr de la réplicabilité de cette expérience, ni de l'intérêt que les uns et les autres trouveraient à la reproduire ou à l'adapter sur leur territoire, l'observation de ce cas concret de cogestion était une opportunité pour des gestionnaires d'AMP et des pêcheurs de se rapprocher autour de préoccupations et d'enjeux qu'ils partagent.

C'est dans cet état d'esprit que MedPAN a proposé à des gestionnaires d’AMP et à des pêcheurs libyens de participer à cette visite d’échange avec leurs homologues turcs. M. Mazigh DBAB et M. Abuzid YALA, pêcheurs dans l'AMP de la lagune de Farwa en Libye (à la frontière avec la Tunisie), M. Mohamed TUWINI, responsable de l'autorité de pêche de Farwa, ainsi que M. Essam Bourras et M. Mohamed ABU ZANIN de l'EGA[2], une des autorités compétentes pour les AMP en Libye, on fait le déplacement, ainsi que M. Hacene HAMDANI, représentant algérien de MedArtNet (Plateforme Méditerranéenne des pêcheurs artisanaux).

La visite de 3 jours s'est articulée autour de réunions avec les pêcheurs, les gestionnaires et les autorités turques, ainsi qu'autour de visites terrain qui ont donné lieu à des discussions plus informelles et qui ont permis de consolider les échanges.

Les perspectives locales ont pu être mises en avant avec leurs spécificités :

Créée en 1988, l’AMP de Gökova se situe au sud-ouest de la Turquie dans l’une des plus grande baies du pays[3]. En 2009, la pêche locale s’est littéralement effondrée avec la disparition des mérous et des crevettes, espèces qui représentaient à elles seules 42% des revenus des pêcheurs de Gökova.

L'instauration depuis 2010 de 6 zones de non-pêche (ZNP) et la mise en place en 2012 d’un système de surveillance marine communautaire (recrutement de gardes maritimes issus de la communauté de pêche locale qui travaillent en collaboration avec les Gardes Côtes) commencent à porter leurs fruits.  Aujourd’hui, la surveillance et l’application de la réglementation sont effectives dans 4 des 6 ZNP que compte l’AMP de la Baie de Gökova, et les suivis réalisés dans les ZNP et les zones environnantes montrent une augmentation significative de la biomasse de poissons[4]. Corrélativement, la coopérative de pêche locale enregistre une augmentation des revenus par embarcation de 53%, signe de l’effet réserve produit par la bonne gestion des ZNP. Artisan de la concertation menée à Gökova entre les membres de la communauté de pêche locale et les administrations et autorités concernées, la Société Méditerranéenne de Conservation a pour ambition de créer un exemple réussi de cogestion d’AMP par les pêcheurs reconnu par les autorités turques, qui pourrait être reproduit ailleurs en Turquie ou dans d’autres zones de la Méditerranée.

En Libye, la situation est différente. Deux AMP ont été créées à la veille de la révolution en janvier 2011. Après une période de mise en sommeil, elles cherchent aujourd'hui des solutions pour exister. A Farwa, le problème de la surpêche n'est pas manifesté, mais des pratiques de pêche destructrices (dynamite), la pêche illégale et le chalutage près des côtes causent des dommages irréversibles sur la ressource et affectent les revenus des pêcheurs. Prévenir la raréfaction de la ressource est une priorité, et l'AMP a été créée dans ce sens.

En Algérie, des initiatives innovantes voient le jour. En marge des démarches et procédures d'extension de parcs nationaux en mer, comme au Parc National de Taza par exemple, d'autres projets sont en cours d'élaboration pour contribuer localement à la reconstitution de la ressource halieutique pour la pêche. A Azeffoun, le ministère algérien de la pêche vient d'autoriser la création d'une « Aire Maritime Protégée » avec une zone de réserve intégrale et une zone tampon. Ce projet, mené par M. Hamdani en collaboration avec le projet Life Mar, est en cours d'élaboration.  

Quelques temps forts de la visite :

  • réunion avec plus de 30 participants, qui a permis à la fois des échanges fructueux entre les différentes délégations, et a aussi donné la possibilité aux autorités et aux pêcheurs turcs de se rencontrer dans un contexte différents et d'exprimer leurs préoccupations
  • rencontre avec le responsable de la garde côtière que les participants ont pu interroger en direct. Cette entrevue aura aussi contribué à renforcer les liens entre l'AMP de Gökova et la garde côtière
  • Visite d'un centre de réhabilitation de tortues marines sur la plage d’ Iztuzu au sein de l'AMP de Dalyan
  • Visite de la plage d’ Iztuzu, site important de ponte pour les tortues caouannes et vertes. Cette plage, qui est une destination touristique majeure, offre un bel exemple de gestion du tourisme pour le concilier avec ses visiteurs originels, les tortues: fermeture de la plage la nuit; identification des nids par marquage parmi les parasols et les chaises longues; zone d'une cinquantaine de mètres tout au long de cette plage de 5 kms sur laquelle il est interdit d'étendre sa serviette et de planter un parasol; sensibilisation du public... Ces mesures sont efficaces et bien respectées par les touristes.

Les résultats :

Les échanges qui ont eu lieu pendant cette première visite organisée par MedPAN ont été fructueux sur plusieurs plans.

Au niveau bilatéral, les pêcheurs libyens, turcs, algériens ont pu se rendre compte que leurs enjeux présentent de nombreuses similarités. Sur l’exemple de l’expérience réussie à Gökova, ils ont également pu prendre conscience de l’intérêt d’une bonne collaboration entre la communauté de pêche locale, les gestionnaires d’AMP et les autorités. Sur cette base, les participants libyens ont manifesté la volonté de déclarer la lagune de Farwa comme une zone de non-pêche, processus qui devrait débuter rapidement en rassemblant les parties prenantes concernées (direction de la pêche, pêcheurs, EGA). L'ambition est de faire de Farwa une AMP pilote en Libye. Des pistes d'échanges techniques et de portage technique ont également été évoquées entre la Turquie et la Libye, elles pourraient être mises en place avec le support de MedPAN en tant qu’observateur.

D'autre part, la rencontre avec Mr Hamdani d'Algérie co-président de MedArtNet, va permettre aux pêcheurs libyens et turcs de rejoindre la plateforme, et de par conséquent d'une part renforcer le réseau et d'autre part affirmer la position des pêcheurs dans leurs pays respectifs. Au-delà de la dimension bi/multilatérale de la visite, il est intéressant de souligner que ces quelques jours ont également permis aux participants libyens (pêcheurs, autorités de la pêche, EGA) de se rencontrer, de prendre du temps ensemble, de construire une relation de confiance sur laquelle ils pourront s’appuyer pour bâtir ensemble leurs projets d'avenir.  Les pêcheurs de Farwa ont vraiment manifesté un intérêt à collaborer avec l’EGA et les autres parties prenantes concernées par la gestion de l’AMP.

Du côté turc, la présence de la délégation libyenne, d'un représentant algérien et de 2 membres du secrétariat MedPAN a permis de valoriser l'expérience menée à Gökova auprès des différents protagonistes (communauté locale, garde côtière, autorités). Les membres de la communauté de pêche turque de la baie de Gökova pourraient aussi bénéficier de la visite d’une autre AMP ayant du succès dans la gestion de la pêche pour comparer avec leur situation.

Cette visite d'échange est la première organisée par MedPAN. L'objectif de ces visites d'échanges est de permettre aux gestionnaires d'AMP et à d'autres parties prenantes de bénéficier de retours d'expériences réussies pour construire des réponses opérationnelles adaptées à leurs propres besoins. Ces rencontres s'inscrivent dans le dispositif de renforcement des capacités pour améliorer la gestion des AMP en Méditerranée, développé par MedPAN et ses partenaires, WWF Méditerranée et PNUE/PAM/CAR/ASP.



[1] La Mediterranean Conservation Society (Akdeniz Koruma Derneği) est l'ONG turque qui gère l'AMP de Gökova. M. Zafer Kizilkaya en est le Président.

[2] Environmental General Authority

[3] Superficie de la Baie de Gökova : 1851 Km2 / Superficie de l’AMP : 307 Km2 / Les 6 ZNP totalisent une superficie de 24 Km2

[4] Au sein de la plus grande zone de non-pêche (Ingiliz Limanı), où le système de surveillance communautaire est le plus abouti, les observations de mérous ont été multipliées par 40 par rapport aux données de 2008.

ATTENTION : il semble y avoir un problème temporaire à l'ouverture de certains fichiers référencés en lien dans le contenu de ces pages avec le NAVIGATEUR CHROME. Utlisez un autre navigateur si possible ou faites un click droit avec votre souris et choisissez l'option " Enregister le lien sous ".