Certaines communautés végétales et animales méditerranéennes comptent des espèces parmi les plus menacées au monde.  Certaines sont répertoriées dans la liste rouge de l'UICN. D'autres, sans être à risque immédiat d'extinction, présentent un degré de raréfaction inquiétant.  

Il faut par ailleurs souligner les lacunes des connaissances sur le statut exact des populations de nombreux taxons en danger. En effet, par rapport à d'autres écorégions, le bassin méditerranéen est, toute proportion gardée, moins bien étudié par les écologistes. Si des données plus précises existent pour la partie européenne de la région, il n'en va pas de même pour l'Afrique septentrionale et la partie orientale du bassin. 

Les pays méditerranéens ont inclus dans le Protocole relatif aux aires spécialement protégées et à la diversité biologique en Méditerranée, adopté à Barcelone en 1995, la conservation des espèces et notamment celles en danger ou menacées. Ils se sont à cet effet engagés à assurer la protection maximale possible et la restauration des espèces animales et végétales énumérées à l'annexe II relative à la Liste des espèces en danger ou menacées. 

Si l'on exclut les espèces à grande envergure de déplacement, les aires marines protégées sont plus efficaces à protéger les espèces menacées qu'un statut réglementaire spécifique. Tout d'abord parce qu'elles protègent l'ensemble des écosystèmes et biotopes dont dépend l'espèce menacée. Ensuite car elles permettent une surveillance renforcée et efficace impossible à mettre en oeuvre à une plus grande échelle. 

Sources : 
Ramade F., 1990. Conservation des Ecosystèmes méditerranéens - Enjeux et Perspectives. Les Fascicules du Plan Bleu, PNUE/PAM, 3 : 1-144. 

 

Espèces remarquables de Méditerranée